Activité-Paranormale


Red devil Information

Publicité

Rechercher

Développement

Apportez vos talents de codeur !

Développer

Visiteurs

Citations

Random quotation
L’avarice a ruiné plus d’âmes que l’extravagance.
(Charles Caleb Colton)

Événements

Event Calendrier

Validation

Valid XHTML 1.0 Transitional Valid CSS!

Crystal ballHoroscope

RobotUn brontosaure observé au Congo en 1919

Charles R. Knight, Public domain, fr.wikipedia.org


En 1919, un chasseur belge a vu de ses propres yeux une immense et mystérieuse créature en plein cœur de la jungle au Congo.

M. Gapelle, un prospecteur et chasseur belge, se trouvait en pleine nature quand il a remarqué d’étranges traces de pas sur le sol. Étonné, il a suivi la piste sur environ 12 miles. Au bout d’un moment, il a fini par apercevoir une bête énorme. Cet animal avait de grandes écailles et une queue très épaisse, semblable à celle d’un kangourou. Il avait une corne sur son museau et une bosse sur le dos.

Sans hésité, le chasseur lui a tiré dessus. La bête a alors disparu dans les marais.

Selon de nombreux témoignages, cette créature pourrait être un dinosaure de l’ordre des sauropodes, disparu il y a plusieurs dizaines de millions d’années.

Les habitants de la région surnomme ce monstre Mokélé-mbembé. Il vivrait dans les affluents du fleuve Congo.

En 1766, l’abbé Lievin Bonaventure Proyart a raconté l’histoire d’un groupe de missionnaires qui ont été confrontés à cette créature d’une autre époque (dans son ouvrage Histoire de Loango, Kakonga, et autres royaumes d’Afrique) :

« Il doit être monstrueux. Les empreintes de ses griffes que l'on a vues par terre ont laissé des traces d'une circonférence d'environ trois pieds. En observant chacune des empreintes et leur disposition, ils ont conclu qu'il n'avait pas couru dans cette partie du chemin, malgré la distance de sept ou huit pieds qui séparait chacune des empreintes ».

En 1913, le capitaine Freiherr von Stein zu Lausnitz s’était rendu dans la région. Les indigènes lui avaient alors parlé du Mokélé-mbembé en ces termes :

« L'animal aurait la peau lisse et de couleur gris-brun. Sa taille serait à peu près celle de l'éléphant, celle au moins de l'hippopotame en tout cas (...) Les pirogues qui s'approchent de la bête seraient attaquées sur-le-champ et renversées, et les occupants en seraient tués, mais non dévorés. La créature doit se retirer de préférence au sein des cavernes creusées sous la surface de l'eau, dans les berges argileuses (...) La plante favorite de la bête serait une sorte de liane riveraine à grandes fleurs blanches, qui sécrète un latex capable de fournir du caoutchouc et donne des fruits ressemblant à des pommes (...) »

Même si les scientifiques rejettent en bloc l’idée que des dinosaures aient pu survivre jusqu’à nos jours, ces différents témoignages nous démontrent le contraire. En effet, si certains témoins du 18ème siècle ont pu avoir exagéré leurs propos devant la vision d’une créature qu’ils ne connaissaient pas (comme un éléphant, par exemple), les témoins contemporains sont catégoriques sur le fait que cet animal ne correspondait à rien de connu.


Sources


Cryptozoologie - 29 novembre 2020 - Wakonda - CC-BY 3.0

(0 Vote)

Publicité

CommentsCommentaire


Same topicsSur le même sujet